Le Blog

Archives de la catégorie : ‘Actu des Sans-Abris’

Un bénéficiaire qui voit loin

Nous avons accompagné Joshua avant même d’être en mesure de le loger.
Puis il a intégré début octobre le 3ème logement de Toit à Moi à La-Ferté-sous-Jouarre en Seine et Marne. Le voilà heureux d’avoir enfin sa petite maison (30 m² sur 3 niveaux), toute proche des commerces et de la gare pour aller à Paris. Nous l’avons accueilli avec son chat Crockmou, un magnifique « maine coon »  au regard perçant et à la gueule un peu cassée…

joshua

Joshua photographié par « La cravate solidaire »

Joshua a 27 ans. Les aleas  de la vie lui ont fait quitter jeune son île natale de la Martinique, et l’ont conduit depuis 5 ans en Seine et Marne. Son dernier employeur (une association d’insertion locale où Joshua était vendeur – magasinier) a du cesser son activité sur la Ferté et avec plusieurs autres jeunes, Joshua a été malheureusement licencié. Nouveau coup dur dans son chemin pour redresser la tête… Ses diverses formations techniques lui ont donné de l’expérience dans 2 domaines bien différents : la restauration (pâtisserie !) et la métallerie.
Mais différents aléas et problèmes personnels l’ont empêché de continuer dans ces filières.

Lorsque nous lui avions proposé une sorte de pré-accompagnement en février, déjà, il savait ce
qu’il voulait faire : s’inscrire en formation Bac Pro Optique Lunetterie. Ce qui fut fait, et le voilà
sur les bancs de l’Ecole d’Optique, dans le 15 ème arrondissement de Paris. Son projet de vie ne
se résume bien-sûr pas à cela, mais pour l’instant, c’est cela qui le mobilise fortement. Objectif passer le Bac Pro Optique,puis viser ensuite le BTS, diplôme nécessaire pour progresser dans la filière. Si ce n’est pas toujours facile de se retrouver ‘sur les bancs de l’école’, avec des petits jeunes de 17 ans, Joshua est très motivé, et ses premiers résultats sont à la hauteur de l’énergie qu’il déploie.
Toit à Moi l’accompagne autour de ce projet, avec –pour l’urgence présente- la recherche d’un
maître d’apprentissage. Impératif d’en avoir trouvé un dans les 2-3 semaines qui viennent…

Mais bien au-delà de l’aspect formation, c’est aussi autour de lien social et d’activités artistiques et intellectuelles que nous aidons Joshua. Cela passe pour l’instant par la découverte du chant, avec un ami bénévole ancien ténor de l’opéra de Paris, par des petits repas avec des bénévoles, par du sport…
Nous envisageons également qu’il partage avec nous bientôt ce qu’il a vécu au Forum Social Mondial d’août dernier où il était invité à participer à un atelier sur « l’accès digne à l’alimentation ».

Accompagner à Toit à Moi, ça veut dire quoi?

Depuis ces six derniers mois, nous avons enrichi l’action d’accompagnement par de nouveaux outils qui contractualisent le soutien et participent à l’émergence d’un travail sur le développement du pouvoir d’agir de chaque personne : bilan approfondi, fiches mensuelles d’auto-évaluation notamment.
L’accompagnement au quotidien à Toit à Moi, ce sont des petites actions qui se déclinent autour de demandes et besoins très divers des personnes accompagnées et qui mobilisent une dizaine de bénévoles et l’équipe d’accompagnement.
accompagner_2016
Toit à  Moi essaye de s’ajuster en permanence aux souhaits de la personne, en travaillant avec elle un projet de vie qui fasse sens. C’est par cette posture que Toit à Moi travaille les étapes de reconstruction de la personne, en partenariat avec les acteurs des champs médicaux et sociaux et toujours en accord avec la personne.
Ce travail au quotidien nécessite une mobilisation permanente de l’équipe d’accompagnement, salariés, services civiques, bénévoles, mais aussi une implication des dirigeants. C’est cette cohérence et cette cohésion de tous, qui sécurisent la personne et assurent un socle de confiance, un tremplin vers une réinsertion durable.
Mais notre souhait d’innover, de créer avec la personne des actions qui peuvent faire rupture avec d’anciens schémas de souffrance est parfois freiné par la personne elle-même, qui peut brandir de fortes résistances au changement mais aussi par le quotidien de Toit à Moi. Au cours des six derniers mois, deux personnes, traversant des épisodes dépressifs majeurs et un recours quotidien à l’alcool,nous ont questionnés dans nos pratiques et nous ont fortement mobilisés, peut être au détriment d’autres personnes. En 2015, une personne souffrant de troubles psychiatriques nous avait également demandé un grand travail de soutien, d’écoute, d’ajustements quotidiens de nos pratiques. Mais nous constatons avec du recul que ce qui nous fragilise en apparence peut aussi nous renforcer dans nos actions. C’est en traversant AVEC la personne ces grands passages difficiles que nous apprenons à mieux les aider. Cet accompagnement devient alors un témoin d’engagement auprès de la personne la plus fragile qui se sent exister même dans sa souffrance.
Il est difficile parfois d’évaluer ce que nous construisons avec les plus fragiles. L’action de Loger la personne est un support essentiel mais qui peut être également le terreau de l’immobilisme si nous ne stimulons pas au quotidien la personne. Nos perspectives pour 2017 devraient nous aider à concilier nos convictions, notre volonté d’aider les plus démunis et une recherche permanente de l’adhésion de la personne à notre projet associatif.
Hélène Menanteau: coordinatrice d’accompagnement social

Des activités créatrices de liens

Tout au long de l’année, l’association Toit à Moi met en place autour des personnes accueillies des activités collectives et individuelles en fonction de leurs besoins, de leurs souhaits.

Ces activités sont très variées: sorties culturelles, promenade découverte dans la ville,  la remise en mouvement par le sport, atelier cuisine, sortie en bateau, cours de français, initiation à l’informatique…
bateau-tam

Chaque activité à un objectif prioritaire. C’est tout bête, mais le fait de permettre aux personnes de prendre du temps pour elles et de  se ressourcer, de retrouver le gout des bons moments est un but essentiel: qui leur permettra de prendre du recul par rapport à leurs difficultés et de les affronter.

Chaque activité peut répondre à des besoins spécifiques des personnes accompagnées et cibler ainsi des problématiques particulières.

maria-tam

Par exemple, la malnutrition touche une forte proportion des personnes que nous accueillons, en particulier les jeunes enfants. Si avant Toit à Moi, il s’agissait de sous-nutrition, les personnes souffrent également parfois de très mauvaises habitudes alimentaires et les transmettent malgré elles à leur enfants.
Nous avons mis en place avec des enfants un atelier qui avait  pour objectif de  faire découvrir différentes saveurs à partir d’un féculent de base. Les enfants  goûtaient  une première fois les plats puis les re-dégustaient  les yeux fermés en essayant de les désigner et de dire si ils aimaient un peu , beaucoup ou pas du tout.  Le but étant de redécouvrir les aliments par le goût et non par la vue.

Les activités, qu’elles soient collectives ou individuelles sont toujours créatrices de lien entre les membres de l’équipe accompagnante, les bénévoles, et les personnes accompagnées. C’est ce lien qui va permettre aux personnes de se sentir progressivement entourées, soutenues et qui leur donnera le courage d’aller vers une nouvelle vie.

 

 

 

Nos pensées de Pascal

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès de M. Pascal Michaud.Pascal & GwenaëllePascal est  la 2ème personne logée et aidée par Toit à moi. Nous avions fait sa connaissance en avril 2010.
Pascal avait chanté pour la chorale de sans-abri « Au clair de la rue« , et c’est Yannick Jollivet de la chorale qui nous avait parlé de Pascal et nous avait demandé de l’aider.
Nous avions alors eu le plaisir d’accueillir Pascal dans notre 2ème appartement, un 2 pièces dans le centre ville de Nantes, situé  près du marché Talensac, que nous avions fait réhabiliter.
Dans une autre vie, Pascal avait été facteur…mais quand nous l’avons connu Pascal était déjà depuis plusieurs années à la rue.
Au-delà de le loger, notre action avait surtout consisté à aider Pascal à re-croire en lui, en les autres…en la vie quoi. Sorties Toit à Moi, repas chez lui…et dehors, soirée Cartes… c’est surtout Anne-Claire, Gwenaëlle et Thierry qui étaient les bénévoles les plus impliqués auprès de Pascal.
Toit à Moi - Repas chez Pascal

Peu à peu Pascal allait mieux et avait aussi retrouvé un travail temporaire  dans un chantier d’insertion: il avait beaucoup apprécié cette expérience professionnelle sur le tard comme il l’explique ici dans ce reportage (à voir à partir de 3mn04).
Et puis, après presque 2 ans à Toit à Moi, Pascal avait pu obtenir un logement social et nous l’avons vu un peu depuis, mais trop peu hélas..
Sache Pascal que tu as laissé une empreinte indélébile à Toit à Moi: ton sourire, ta gentillesse, ton  humour et quelques répliques fameuses…
à voir ici un article de Ouest-France du 14/11/2011 « Pascal ne dort plus dans la rue »

 

 

Un pique nique festif

Ce dimanche, les bénévoles de Toit à Moi ont organisé un « pique-nique festif » pour rassembler bénévoles et personnes accompagnées pour un bon moment de convivialité. Chacun a apporté un petit « brin » et c’est ainsi que nous avons partagé ce que chacun avait amené.

Pour la petite histoire, nous devions faire ce pique nique sur l’île de Versailles (parc à Nantes) mais malheureusement la soleil n’était pas au rendez-vous. Comme rien ne nous arrête, même pas quelques gouttes de pluie, nous avons donc pique-niquer à l’association.

 

IMG_3026

Une des bénévoles avait préparé des petites animations originales pour apprendre à mieux se connaitre, découvrir les goûts de chacun et ainsi répondre au mieux aux envies et besoins des personnes que l’on accompagne au quotidien. Cette journée nous a permis de connaitre davantage les personnes accompagnées et les bénévoles intervenant à Toit à Moi.

Les bénévoles souhaitent organiser d’autres « pique-niques  » comme celui-ci en espérant que la prochaine fois, le soleil nous sourira.